topblog Ivoire blogs

06/07/2014

Violences dans les villes arabes d’Israël, escalade à Gaza

media

En Israël, les affrontements entre manifestants et policiers se sont étendus hier, samedi 5 juillet, à la communauté arabe de l'Etat hébreu, dans le centre et le nord-est du pays. De nouveaux heurts consécutifs à la mort d'un jeune palestinien, Mohamed Abou Khdeir, brulé vif selon les premiers résultats de l'autopsie.

Avec notre correspondant à Jérusalem,Michel Paul

Les manifestations consécutives à la mort du jeune Palestinien se sont étendues à la communauté arabe israélienne, notamment dans le centre et le nord du pays. Un fait nouveau. Jusqu’à Nazareth, les rassemblements ont pris dans certains cas des tournures violentes. La police a utilisé la force et plusieurs dizaines d’Arabes israéliens ont été interpellés.

Des manifestations de colère ont encore eu lieu également à Jérusalem-Est, notamment dans le quartier de Shuafat, d’où est originaire Mohamed Abou Khdeir. Cet adolescent a été assassiné mardi dernier, le 1er juillet. La police israélienne ne s’est toujours pas prononcée sur le mobile du crime, mais de source palestinienne, on affirme qu’il a été enlevé et brûlé vif par des juifs extrémistes, en représailles au rapt et au meurtre de trois étudiants israéliens dans la région d’Hébron en Cisjordanie.

Après les nombreux incidents de la nuit, la tension ce dimanche matin demeure très vive.

Escalade dans la bande de Gaza 

Les tensions sont vives également plus au sud, où là, on peut parler d’une véritable escalade de la violence à la frontière entre Israël et la bande de Gaza. Pour la première fois depuis l’opération « Pilier de défense » en novembre 2012, des roquettes ont été tirées sur la ville de Beersheva depuis l'enclave palestinienne. Elles ont été interceptées par le système anti-missiles Dôme de fer. Il y a également eu des tirs sur la ville portuaire d’Ashkelon et sur d’autres agglomérations proches de Gaza.

De son côté, l’aviation israélienne a effectué un certain nombre de sorties. Les chasseurs-bombardiers ont mené des frappes aériennes contre des objectifs liés au Hamas, selon un porte-parole militaire.

Parallèlement à ces attaques, une médiation est menée par l’Egypte pour tenter de mettre en place un cessez-le-feu, mais la pression de la rue en Israël augmente. Les habitants du Sud exigent du gouvernement, qui doit se réunir ce dimanche matin à Jérusalem, qu’il mette fin immédiatement aux tirs de roquettes. Et l’aile droite du gouvernement israélien dénonce également la politique de retenue qui est adoptée à ce stade par Benyamin Netanyahu.

12:24 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Politique française : L’ancien Président français Nicolas Sarkozy placé en garde à vue

 

Nicolas Sarkozy, l’ex-président de la république française, a été placé en garde vue, mardi, à l’Office anticorruption de la police judiciaire, annoncent plusieurs médias français. Selon ces sources, l'audition de l'ancien chef de l'Etat français (2007-2012) pourrait durer 24 heures avec un « éventuel renouvellement » une fois.

Nicolas Sarkozy pourra bénéficier d'une relaxe « sans poursuites » ou être « présenté » à un juge d'instruction pour une « mise en examen » si le magistrat le « juge nécessaire ».

L'ex-président français est poursuivi pour « trafic d'influence » et « violation du secret de l'instruction ». Une affaire pour laquelle une information judiciaire avait été ouverte en février 2014.

Après sa mise en examen dans l'affaire Bettencourt par la justice bordelaise avant de bénéficier d'un « non-lieu », Nicolas Sarkozy que l'opinion française soupçonne de reprendre en mains les rênes de son parti, l'Union de la majorité présidentielle (UMP) pour signer son retour sur la scène politique, est aux mains de la police judiciaire à Nanterre (banlieue à l'Ouest de Paris).

Les enquêteurs, selon les médias français, cherchent à établir si M. Sarkozy a tenté d'obtenir des « informations auprès d'un magistrat de haut rang, Gilbert Azibert, sur une décision de justice le concernant, en échange de la promesse d'un poste ».

12:08 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale, Politique | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

02/07/2014

Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy dans le collimateur

L'interview de Nicolas Sarkozy - 1 (© Getty Images)

Il a pris la parole pour se défendre. Lors d'une interview consacrée à deux médias français, Nicolas Sarkozy a dénoncé "une instrumentalisation politique de la justice et se dit "profondément choqué par ce qui s'est passé" la nuit dernière pendant de sa garde à vue.

"La situation était suffisamment grave pour que je dise aux Français ce qu'il en était de l'instrumentalisation politique de la justice telle qu'elle est aujourd'hui. Dans notre pays, pays des Droits de l'homme et de l'Etat de Droit, il y a des choses qui sont en train d'être organisées. Les Français doivent les connaître, et en leur conscience, et en toute liberté, doivent juger de ce qu'il en est" a dit l'ancien chef de l'Etat.

" Tout est fait pour donner de moi une image qui n'est pas conforme à la vérité. JE veux dire à ceux qui nous écoutent et nous regardent, que je n'ai jamais trahi leur confiance, que je n'ai jamais commis un acte contraire aux principes républicains ou à l'Etat de droit", assure l'ex-président de la République.

"Il était venu pour moi le temps de m'expliquer, de prendre la parole. Et la nuit dernière qui me fût réservée m'a convaincu de la nécessité de le faire. Je suis profondément choqué par ce qui s'est passé. Je ne demande aucun privilège. Et si j'ai commis des fautes, j'en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités" a fermement déclaré Nicolas Sarkozy.

19:07 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Kenya : quatre morts dans le crash d'un avion-cargo

L'appareil transportait du khat vers la Somalie voisine - 1 (© AFP Getty Images)

Un avion-cargo qui transportait du khat s'est écrasé mercredi matin sur un bâtiment de Nairobi. Il venait de décoller du principal aéroport de la capitale kényane, tuant les quatre personnes présentes à bord. L'appareil s'est crashé avant l'aube, à une heure à laquelle le bâtiment est normalement vide. Les premières informations ne faisaient d'ailleurs pas état d'autres victimes.

L'avion "a touché un pylône électrique avant de s'écraser sur un bâtiment et d'exploser en flammes", a déclaré un gradé de la police. De la fumée s'est élevée du bâtiment après l'accident. Les forces de sécurité ont établi un cordon de sécurité autour des restes de l'appareil.

L'aéroport fermé quelques minutes

Après l'accident, l'aéroport de Nairobi a été fermé "quelques minutes". Il a ensuite a repris son activité, selon un responsable de la sécurité, Eric Kiraithe. "L'aéroport fonctionne maintenant normalement", a-t-il souligné.

L'avion transportait du khat vers la Somalie voisine. Le khat est une drogue aux effets euphorisants. Produite en Afrique de l'Est, elle est consommée localement et exportée vers certains pays européens pour les consommateurs éthiopiens, kényans et somaliens. La France a interdit cette drogue en 1995. Elle est devenue fin juin illégale en Angleterre et au Pays de Galles. Les feuilles de khat sont livrées quotidiennement depuis le Kenya en Somalie, via des vols réguliers.

01/07/2014

Cour pénale internationale : un juge de la Cpi a démissionné

 

 

Hans-Peter Kaul a présenté sa démission à la cour Pénale internationale (CPI) officiellement pour des raisons de santé indique un communiqué dont copie a été transmis hier à koaci.com. L’Allemand qui faisait partie des deux juges ayant confirmé les charges contre Laurent Gbagbo le 12 juin dernier (voir article), ne siègera plus à partir du 1er juillet à la Haye alors que son mandat prenait fin normalement en mars 2015.

«Nous sommes au regret d’annoncer que le juge Hans-Peter Kaul a présenté sa démission de la Cour pénale internationale (CPI) pour raisons de santé. Celle-ci prendra effet le 1er juillet 2014. Le mandat du juge aurait normalement pris fin le 11 mars 2015. Le juge Sang-Hyun Song, Président de la CPI, a exprimé de profonds regrets à l’annonce du départ du juge Kaul et des circonstances ayant motivé sa démission», indique le document de l’institution judiciaire internationale. Pour rappel, le juge Hans-Peter Kaul a été juge à la CPI pendant 11 ans. Élu par les États parties au Statut de Rome en février 2003 pour un mandat de trois ans, il a pris ses fonctions le 11 mars 2003. Il a été réélu en 2006 pour un mandat de neuf ans.

Le juge Kaul a fait partie de la Section préliminaire de la CPI, section qu’il a présidée de 2004 à 2009, puis du 8 avril 2014 à la date de sa démission. Il a contribué à d’importantes décisions prises dans les procédures concernant les situations en Ouganda, en République démocratique du Congo, au Darfour (Soudan), en République centrafricaine, au Kenya, en Libye et en Côte d’Ivoire, et dans des affaires liées à ces situations.

23:47 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale, Société | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/06/2014

Luiz Suarez au coeur d'une polimique;Après la main, les « dents de Dieu »

Luis Suarez, le 19 juin à Sao Paulo.

Albrecht Sonntag est sociologue à l'ESSCA, école de management (Angers, Paris), où il dirige le Centre d'expertise et de recherche en intégration européenne. Il coordonne actuellement le projet FREE (Football Research in an Enlarged Europe) qui regroupe dix-huit chercheurs de neuf universités européennes. Dans sa chronique, il revient sur la morsure uruguayenne.

Il est fort à parier que le geste qui restera de cette Coupe du monde sera non pas un but splendide, un sauvetage miraculeux ou un pénalty raté en demi-finale, mais la morsure de Luis Suarez dans l’épaule du défenseur italien Giorgio Chiellini. Le couronnement d’un match dans lequel le ballon était surtout le prétexte pour des fautes et des simulations. Le genre de match auquel on ne s’attendait presque plus pendant cette Coupe du monde, mais qui finit toujours à arriver quand les enjeux deviennent trop importants.

La folie de l’attaquant uruguayen, élu récemment, rappelons-le, meilleur joueur du meilleur championnat du monde pour sa saison phénoménale avec le FC Liverpool, a fait le tour de la planète dès hier soir sur les écrans de télévision et dans les réseaux sociaux.

Bien entendu, cette transgression démesurée en rappelle d’autres. Comment ne pas penser, par exemple, au légendaire coup de tête de Zinedine Zidane contre Marco Materazzi qui jeta une ombre sur la finale de 2006 et qui restera lié à jamais au souvenir qu’on gardera du meilleur joueur de sa génération. Mais cela rappelle surtout « la main de Dieu », le plus célèbre de tous les gestes antisportifs, ce but de Diego Maradona contre ses « ennemis jurés » anglais en quart de finale du Mondial 1986 au Mexique, lorsqu’il marqua de la main en simulant une tête lobée.

 

« L'IMPORTANCE DE LA TRICHERIE »

Bien sûr, « les dents de Dieu » de Suarez permettront d’épiloguer à l’infini sur le visage laid du football. Visage toujours sous-jacent, aussi beau soit le spectacle proposé par ailleurs. Mais qu’on le déplore ou qu’on le refoule, la transgression des règles fait partie intégrante du football (et elle n’est, contrairement à un mythe chéri par les pourfendeurs de « l’argent-roi », loin d’être l’apanage du professionnalisme).

Dans sa grande enquête ethnographique sur le football méditerranéen des années 1980, Christian Bromberger a révélé à plusieurs reprises que « l’importance de la tricherie sur le chemin de la réussite », ainsi que « le simulacre et la duperie mis en œuvre à bon escient » n’étaient rien d’autre que la face cachée de « l’exaltation du mérite », tout aussi caractéristique de ce jeu.

Giorgio Chiellini, le 24 juin à Natal.

 

Le « fair-play » en toutes circonstances, c’est une invention d’aristocrates victoriens. Un luxe que peuvent se permettre des nantis, qui vivent loin d’une société impitoyable où la réussite sociale n’est accessible que pour ceux qui savent manier la ruse, la supercherie et la mauvaise foi. Les couches populaires et dominées qui se sont approprié le football au cours de la mondialisation spectaculaire dont il a fait l’objet depuis la fin du XIXème siècle, ont appliqué à ce jeu leur expérience quotidienne de la nécessité de savoir transgresser des règles. Comme le résumait l’anthropologue brésilien Roberto da Matta il y a trente ans, « l’art de la filouterie » était un « moyen fondamental d’obtenir le succès social ».

La « main de Dieu » de Maradona, cette tricherie monumentale, n’a en aucun cas nui à sa légende. Au contraire, comme le rappelait Eduardo Galeano, le grand romancier et journaliste uruguayen (!), le but fut célébré en Argentine justement parce que c’était une tricherie aussi bien exécutée et réussie. D’autant plus qu’on pouvait la « justifier » par des « torts historiques » qu’on avait subis auparavant. Gageons que Luis Suarez, surtout s’il écope d’une sanction lourde pour son geste de folie, sera défendus par les Uruguayens avec la même ferveur et la même rhétorique du petit « underdog » qui doit se défendre avec tous les moyens contre la domination profondément injuste des grands et riches.

Il y a quelques jours, Maradona accueillit Gary Lineker, l’ancien attaquant anglais des années 80, gentleman footballeur et victime de la « main de Dieu », dans son émission de télé. On plaisantait de manière fort décontractée sur l’une des transgressions les plus affolantes de l’histoire de la Coupe du monde. Ne soyons pas surpris si dans vingt ou trente ans, Luis Suarez sera la vedette de spots publicitaires dans lesquels il mord, affamé, dans des hamburgers ou nous vante le goût exquis d’un nouveau chewing-gum.

 

10:05 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

25/06/2014

Madonna à la une de la mode

La Madonne en burqa - 1 (© Capture d'écran Instagram)

Madonna n'en finit plus de provoquer. Cette fois-ci c'est en postant une photo d'elle le visage dissimulé sous une burqa noire qu'elle suscite l'indignation, sur son compte Instagram. Le selfie de la chanteuse de 55 ans, ne laissant apparaître que des yeux bleus derrière un grillage doré, est accompagné du commentaire : 'It's that kind of day ! #Unapologeticbitch', comprenez 'c'est une journée comme ça'.

Ses fans sont exaspérés par les frasques à répétition de l'Américaine. Le mois dernier, c'est un selfie avec une couronne en diamant estampillée 'bitch' qui agitait les réseaux sociaux.

Madonna agace. Mais rien à faire, la chanteuse n'en fait qu'à sa tête...

 

17:01 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale, scandale | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

24/06/2014

Prandelli démissionne

Le sélectionneur de l'équipe d'Italie Cesare Prandelli et le président de la Fédération italienne (FIGC) Giancarlo Abete ont annoncé leur démission, mardi après l'élimination de l'équipe nationale dès le premier tour du Mondial 2014.

"Le projet technique est de ma responsabilité et j'ai annoncé à la Fédération que je remettais ma démission, car quand un projet technique faillit, il faut prendre ses responsabilités", a dit Cesare Prandelli. "On n'a pas eu une seule occasion, probablement parce qu'on est techniquement limité ou pas bien structuré, a-t-il ajouté. C'est ma responsabilité, le projet technique n'a pas fonctionné et j'en assume donc toute la responsabilité".

Prandelli s'est aussi plaint de l'ambiance depuis la prolongation de son contrat jusqu'en 2016, juste avant le Mondial 2014: "Depuis que j'ai prolongé, quelque chose a changé, je ne sais pas pourquoi, mais on a été considéré comme un parti".

"Il faudrait plus de moyens pour arbitrer, parce qu'une expulsion injuste a conditionné tout un match et a conduit à un échec", a-t-il aussi déclaré en faisant référence au carton rouge reçu par son milieu Marchisio à l'heure de jeu.

Le président de la FIGC a formé l'espoir que le sélectionneur revienne sur sa décision. "Prandelli a signé sa démission, je convoquerai un conseil fédéral vendredi ou lundi et je lui ai dit que j'espérais qu'il retirerait sa démission". Le dirigeant a estimé que le sélectionneur avait eu des résultats probants avec la place de vice-champion d'Europe en 2012 et la troisième place à la Coupe des Confédérations.

"Il a amené ce projet technique, il aurait pu le porter encore", a-t-il estimé. Giancarlo Abete a lui aussi dans la foulée annoncé sa "démission irrévocable".

L'Italie a perdu 1-0 face à l'Uruguay et a terminé à la troisième place du groupe D, subissant ainsi sa deuxième élimination d'affilée en Coupe du monde dès la phase de groupes.

23:25 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale, Football | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Mondial 2014: la sélection espagnole est déjà rentrée en Espagne

     La « Roja », la sélection nationale espagnole de football, éliminée prématurément, est rentrée dès ce mardi matin en Espagne quelques heures après sa victoire inutile contre l’Australie (0-3) dans son 3e et dernier match de la 20e Coupe du monde lundi à Curitiba. Après trois retours triomphaux consécutifs à l’issue de l’Euro 2008, du Mondial 2010 et de l’Euro 2012, les Espagnols n’ont pas été accueillis par une foule enthousiaste à l’aéroport Barajas de Madrid. Les joueurs se sont éclipsés dès leur arrivée sans parler à la presse. Les tenants du titre ont été éliminés dès leurs deux premiers matchs et autant de défaites contre les Pays-Bas (1-5) et le Chili (0-2). Il faut remonter au Mondial 1998 en France pour voir une élimination espagnole au 1er tour d’une Coupe du monde. À l’époque l’Espagne avait perdu 3-2 contre le Nigeria et partagé 0-0 avec le Paraguay, qui avaient terminé dans cet ordre en tête du groupe D. La victoire 6-1 contre la Bulgarie dans le dernier match avait été inutile

18:45 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale, Football | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Mondial: l'Uruguay qualifié pour les 8e aux dépens de l'Italie

                                                 

                                                 La joie des Uruguayens, victorieux de l'Italie et qualifiés pour les 8e de finale, le 24 juin 2014 à Natal

 

 

Mardi 24 juin 2014, 20h05
L'Uruguay s'est qualifiée pour les huitièmes de finale du Mondial-2014 en battant (1-0) l'Italie, éliminée, dans un match du groupe D, mardi à l'Arena das Dunas de Natal.

L'Uruguay termine à la deuxième place du groupe derrière le Costa Rica, qui a fait match nul (0-0) avec l'Angleterre, déjà éliminée avant ce match. Les prochains adversaires du Costa Rica et de l'Uruguay en 8e de finale restent à désigner après les matches du groupe D ce mardi (20H00 GMT), Japon-Colombie et Grèce-Côte d'Ivoire, la Colombie étant qualifiée et les trois autres équipes restant en course. Battues par le Costa Rica, l'Uruguay (3-1) et l'Italie (1-0) s'étaient imposées contre l'Angleterre sur le même score de 2 à 1. Dans ce groupe dit "de la mort", le Costa Rica, l'équipe surprise qualifiée avant le dernier match, est resté invaincue. Deux anciens champions du monde passent ainsi à la trappe: l'Angleterre (1966) et l'Italie, qui compte quatre étoiles (1934, 1938, 1982, 2006) et est éliminée au premier tour comme en 2010 en Afrique du Sud. En première période, l'Uruguay et l'Italie se sont neutralisées dans un match verrouillé avec de rares occasions: un coup franc de Pirlo (13) et Suarez et Lodeiro sollicitant Buffon en deux temps (33). C'est tout ! Après le repos, l'attaquant de l'Atletico Madrid, Cristian Rodriguez, a eu une occasion (58) mais dans la foulée l'arbitre mexicain Marco Rodriguez a exclu Marchisio pour une semelle sur Arevalo (59). Avec cinq défenseurs depuis le début du match et la rentrée de Cassano à la place d'Immobile (72), la Nazionale a clairement joué le match nul qui l'aurait qualifiée. Mais après une alerte de Suarez (66) dans l'axe avec au bout un arrêt réflexe de Buffon, c'est le capitaine de la Céleste Diego Godin qui a catapulté de la tête le ballon dans la cage de Buffon (81) à la suite d'un corner. Les hommes de Tabarez avaient en poche leur billet pour les 8e malgré les dernières tentatives desespérées des Azzurri.

 

18:26 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale, Football | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

05/01/2014

Soudan du Sud: les négociations doivent commencer à Addis Abeba

                                                 Les belligérants au Soudan du Sud devaient entamer dimanche à Addis Abeba des négociations directes pour tenter de mettre fin à trois semaines de combats mais ceux-ci se sont poursuivis dans la nuit avec des explosions et des tirs à l'arme lourde à Juba/.

 

Les belligérants au Soudan du Sud devaient entamer dimanche à Addis Abeba des négociations directes pour tenter de mettre fin à trois semaines de combats mais ceux-ci se sont poursuivis dans la nuit avec des explosions et des tirs à l'arme lourde à Juba.

Ces négociations entre représentants du président Salva Kiir et de son rival, l'ex-président Riek Machar, dont les troupes s'affrontent depuis le 15 décembre, devaient débuter dans l'après-midi dans la capitale éthiopienne, après une ouverture formelle des pourparlers la veille, selon Addis Abeba.

Mais à Juba, la capitale, des explosions et d'intenses échanges de tirs à l'arme lourde et automatique ont résonné plusieurs heures dans la nuit de samedi à dimanche dans un quartier du Sud où sont situés le palais présidentiel, le parlement et la plupart des ministères, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ces combats qui ont alimenté des spéculations sur la défection d'une nouvelle unité de l'armée régulière en faveur des rebelles avaient cessé dimanche dans la matinée. Mais ils ont provoqué la fuite d'habitants en direction du Sud, vers la frontière ougandaise.

L'armée sud-soudanaise a aussi poursuivi sa tentative de reprendre aux rebelles la ville stratégique de Bor, à 200 km au nord de Juba, selon son porte-parole Philip Aguer. La capitale de l'Etat de Jonglei, l'un des plus grands du pays, a déjà changé de mains à trois reprises depuis le début du conflit le 15 décembre.

Selon certaines informations, des affrontements auraient également éclaté dans la nuit à Yei, dans le Sud.

Devant la poursuite des combats, le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom, avait déclaré samedi soir à Addis Abeba que le "souhait de tous" était que "les négociations directes vers la paix au Soudan du Sud, qui sont officiellement ouvertes, soient un succès".

"Le Soudan du Sud mérite la paix et le développement, et non la guerre", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement sud-soudanais et l'opposition se sont engagés à régler leurs différends politiques par le dialogue", a ajouté Seyoum Mesfin, envoyé spécial de l'Igad, le bloc des pays d'Afrique de l'Est qui assure la médiation.

Mais le ministre sud-soudanais de l'Information Michael Makuei a réitéré dimanche les accusations de tentative de "coup d'Etat" à l'encontre de M. Machar et a rejeté l'idée de libérer des dirigeants rebelles prisonniers, comme l'a demandé l'Igad "en signe de bonne volonté".

L'organisation estime qu'il y en a onze, dont d'anciens hauts dirigeants gouvernementaux, et pourrait les accueillir et détenir avant jugement, a déclaré le porte-parole du gouvernement éthiopien, Getachew Reda.

L'Union européenne a demandé pareillement une "libération accélérée de tous les dirigeants politiques détenus à Juba".

"Il nous est demandé de négocier avec les rebelles. Mais tout rebelle qui est tombé entre nos mains, devra répondre à la question de savoir pourquoi il ou elle a pris les armes contre un gouvernement démocratiquement élu", a déclaré M. Makuei.

En visite à Jérusalem, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a demandé des négociations "sérieuses" qui ne soient pas "une manière de gagner du temps, un stratagème" pour prendre l'avantage militaire.

Plusieurs centaines de civils touchés par le conflit

Le chef de la délégation de Juba, Nhial Deng Nhial, avait promis auparavant de "tout faire" pour trouver une solution pacifique, mais a averti que le gouvernement "avait une obligation de rétablir la paix et la sécurité par tous les moyens disponibles".

Son homologue rebelle, Taban Deng, s'est dit prêt à négocier un cessez-le-feu et a aussi demandé que soient abordées "les questions politiques".

Le conflit au Soudan du Sud - dont l'économie repose sur l'exploitation du pétrole - aurait déjà fait des milliers de morts.

Les combats ont commencé quand M. Kiir a accusé M. Machar - limogé de son poste en juillet 2013 - d'avoir tenté un coup d'Etat. M. Machar a rejeté cette accusation, reprochant au président d'avoir voulu éliminer ses rivaux. La rivalité politique se double d'un conflit entre ethnies, Dinka de M. Kiir et Nuer de M. Machar.

Les rebelles ont pris le contrôle de plusieurs régions du Nord, riches en pétrole.

Les conflits dans ce pays enclavé de près de 11 millions d'habitants, indépendant depuis 2011, ont forcé environ 200.000 personnes à fuir leurs foyers et "touché indirectement plusieurs centaines de milliers de personnes", a déclaré le coordinateur humanitaire de l'ONU au Soudan du Sud, Toby Lanzer.

"Davantage de gens sont arrivés dans nos camps à Juba (...) Nous accueillons désormais 30.000 personnes dans la seule capitale", a-t-il déclaré, ajoutant que la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) allait "renforcer sa présence".

13:10 Écrit par YKJMhome dans actualite internationale | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

29/11/2013

info new:Des B-52 américains ont pénétré dans la zone de défense aérienne chinoise

                                    Des B-52 américains ont pénétré dans la zone de défense aérienne chinoise

 

Photo d'archive d'un bombardier américain B-52
 

Des bombardiers américains ont survolé des îles revendiquées par la Chine, au mépris d'une récente interdiction formulée par Pékin. Une situation qui relance les tensions entre la Chine et le Japon sur l'appartenance des îles Senkaku-Diaoyu.

Lire la suite