topblog Ivoire blogs

31/10/2013

Le ton monte à nouveau entre l'Algérie et le Maroc autour du Sahara occidental

Alors que l'envoyé spécial de l'ONU, Christopher Ross, a encore tenté la semaine dernière de renouer les fils du dialogue, le Maroc a rappelé son ambassadeur ce mercredi 30 octobre. Ceci après plusieurs jours d'échanges plutôt vifs entre les deux pays, au sujet du respect des droits de l'homme dans cette région disputée entre le royaume et le Front polisario, indépendantiste, soutenu par l'Algérie.

Les propos du présdent algérien Abdelaziz Bouteflika concernant le Sahara occidental ont une nouvelle fois provoqué un incident diplomatique avec le Maroc.

Lire la suite

RDC : jour de la libération de Bunagana, ex-capitale et poumon économique du M23

Ce matin, deux localités Tshanzu et Runyoni, enfouies dans les collines près du Rwanda sont encore aux mains du M23. Un territoire minuscule par rapport à celui que le mouvement contrôlait encore il y a une semaine. Mais, la journée du mercredi 30 octobre restera marquée par la reprise de Bunagana, ville frontalière avec l’Ouganda, véritable capitale politique et dernier bastion du M23. La RDC est à l'ordre du jour d'Appels sur l'Actualité ce jeudi sur le thème : l'armée traque les rebelles. Aussitôt après la victoire de l'armée congolaise, les habitants ont fêté la libération de Bunagana, le 30 octobre 2013.

Lire la suite

29/10/2013

MUSIQUE CHRETIENNE; une musique qui fait descendre l'onction


23:08 Écrit par YKJMhome | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Liberté provisoire pour Gbagbo ? Ses proches font des confidences : « Il est en train de faire ses valises » - Un système d'alerte mis en place à Abidjan - Des contacts pris avec l'Afrique du Sud

Il y a quelques mois encore, cela paraissait impensable. Pourtant, ils sont de plus en plus nombreux à espérer que l'ancien président sera bientôt autorisé à quitter La Haye. Fût-ce provisoirement...Mais, ses partisans ne sont pas les seuls à l'attendre.


Abidjan, l'image fait fantasmer ses partisans. Pascal Affi Nguessan, le président du Front populaire ivoirien (Fpi), relâché en août après plus de deux années en prison, imagine déjà les scènes de joie qui ne manqueraient pas de saluer la libération de Laurent Gbagbo. Lui-même n'a-t-il pas été accueilli dans l'allégresse dans son village de Bongouanou, début août ? Ne lui a-t-on pas offert pagnes et moutons pour célébrer son retour ?

A Paris, un ancien conseiller politique de Gbagbo promet, avec le même enthousiasme, des mou­vements de foule « plus grands que si Didier Drogba ramenait la Coupe du monde en Cote d'Ivoire ». Depuis Accra, où il s'est installé, Justin Koné Katinan, le porte-parole de l'ancien président, assure que, si son men­tor était libéré, des centaines de cadres du Fpi rentreraient au pays « puisqu'ils n'auraient plus de raison d'être en exil ». Gbagbo lui-même s'y verrait déjà, si l'on en croit l'un de ses proches: « Il est en train de faire ses valises ! ».

Sauf que tous vont sans doute un peu vite en besogne, et que Gbagbo, hôte bien involontaire de la prison de Scheveningen, aux Pays-Bas, depuis le mois de novembre 2011, n'ignore pas que la partie s'annonce serrée. Qu'espèrent donc ses supporteurs ? Que la Cour pénale internationale (Cpi) trébuche, que les juges désavouent la procureure Fatou Bensouda et que les charges soient purement et simplement abandonnées faute d'un dossier d'accusation suffisamment solide. Quelles chances ont- ils de voir leur souhait exaucé ? Quasiment aucune, aurait -on dit il y a quelques mois, tant il paraissait improbable que Laurent Gbagbo, accusé de crimes contre l'humanité lors des violences postélectorales commises entre décembre 2010 et avril 2011 et confié aux bons soins de la Cpi par son successeur, puisse échapper aux rigueurs de la justice internationale.

Camouflet. On aurait tort, pourtant, de ne voir là que la preuve d'un optimisme délirant. En juin dernier, les juges ont sommé Fatou Bensouda de revoir son dossier au motif que les éléments apportés lors de la première audience de confirmation des charges, en février 2013, ne les avaient pas convaincus. Pour la procureure, ce fut un camouflet. Pour les pro-Gbagbo, une raison d'espérer. « Nous avons gagné la bataille de la crédibilité, se réjouit l'un des défenseurs de l'ancien président. Ça a été un long travail, mais même les juges trouvent que Fatou Bensouda s'enferme dans une position politique. » Même s'il sous-estime l'opiniâtreté des équipes de la procureure, il attend beaucoup de la prochaine décision de la Cour qui, d'ici au 11 novembre, se prononcera sur les conditions du maintien en détention de Laurent Gbagbo.

Habiba Touré, l'un des avocats de la famille Gbagbo, précise que, si l'ancien président devait être libéré en novembre, « ce serait vraisemblablement dans le cadre d'une liberté provisoire, en attendant la nouvelle audience de confirmation des charges prévue en janvier ou en février 2014 ». Laurent Gbagbo pourrait, dans l'intervalle, se rendre dans un pays signataire du traité de Rome, fondateur de la Cpi - et de préférence sur le continent, ajoute Me Touré. Une liste des pays susceptibles d'accueillir l'encombrant suspect a été établie par les avocats de Gbagbo - au premier rang desquels Me Altit - et soumise à la Cour. Mais elle est confi­dentielle, et c'est aux juges qu'il appartiendra de prendre une décision.

A Abidjan pourtant, les suppositions vont bon train. La Côte d'Ivoire ? Inenvisageable compte tenu des relations entre Gbagbo et les autorités ivoiriennes. L'Ouganda ? Pourquoi pas. Yoweri Museveni a promis à Gbagbo de lui faire bon accueil. Mais, il n'a jamais fait mystère de son aversion pour la Cpi (même si l'Ouganda en est membre), et la Cour exige que les pays d'accueil s'engagent à transférer leur hôte à La Haye chaque fois que celui-ci sera convoqué pour une audience. Pas sûr que Kampala lui inspire cette confiance. L'Afrique du Sud est une autre possibilité- sans doute la plus sérieuse à l'heure actuelle. Selon l'ancien conseiller de Gbagbo, cité plus haut, des contacts ont été pris avec Pretoria, qui est signataire du traité de Rome. « De nombreux chefs d'Etat africains sont d'accord pour que Gbagbo vienne chez eux, promet un proche de l'ex-président, mais ils ne tiennent pas forcément à ce que cela se sache dès maintenant. » Peut-être ... Mais, on imagine mal un pays géographiquement proche de la Côte d'Ivoire se porter candidat et prendre le risque d'héberger sur son sol un potentiel fauteur de troubles.

Comme le Christ. Rien de tout cela ne tempère l'optimisme des plus fervents adeptes de l'ancien président, dont le nom est invoqué jusque dans ces églises où le Fpi croit pouvoir miser sur une intervention divine. « On invoque le Seigneur parce que notre Gbagbo a été victime d'une machination. Nous sommes sûrs qu'il sera bientôt parmi nous comme le Christ », prédit, exalté, un cadre du parti.

En Côte d'Ivoire, certains se prennent même à rêver d'une libération rapide et définitive de leur ancien champion. Est-ce juridiquement possible ? Oui. Fatou Bensouda, que les juges ont renvoyée à sa copie, doit présenter de nouveaux éléments de preuve avant le 15 novembre. En juillet, elle s'est rendue en Côte d'Ivoire pour étoffer son dossier. Mais rien ne dit qu'elle sera cette fois plus convaincante et, à l'issue de la seconde audience de confirmation des charges, en début d'année prochaine, les juges pourraient ordonner la fin de la procédure.

A moins qu'un procès, s'il devait finalement avoir lieu, n'aboutisse à un acquittement. Dans les deux cas, Laurent Gbagbo serait libre d'aller où il veut. Enfin presque... Pascal N'guessan a beau affirmer qu'« un Ivoirien ne peut pas être contraint à l'exil et que la logique voudrait que Gbagbo revienne en Cote d'Ivoire », il n' y a pas, à Abidjan, que ses partisans qui l'attendent. « C'est vrai que ce qui se passe à La Haye préoccupe beaucoup, concède un conseiller du président Ouattara. C'est vrai aussi que, si Gbagbo devait être libéré, nous préférerions qu'il ne revienne pas au pays. Et puis, ici, il y a toujours une procédure pendante devant la justice. » La menace est claire ... et ne tombera certainement pas dans l'oreille d'un sourd. Car l'intervention de la Cpi n'a fait que suspendre les poursuites engagées en Côte d'Ivoire ; elle ne les a pas annulées. En août 2011, alors qu'il était en résidence surveillée à Korhogo, Gbagbo avait été inculpé pour crimes économiques après avoir été entendu par Simplice Koffi, à l'époque procureur de la République- et la justice ivoirienne est bien décidée à le lui rappeler si l'envie lui prenait de revenir au pays. Il n'empêche.

Au quartier du Plateau, dans les couloirs du palais comme dans les salons des ministères, on redoute une éventuelle libération de celui qui présida aux destinées de la Côte d'lvoire pendant dix ans, de 2000 à 2010. A ses visiteurs du soir, Alassane Ouattara fait parfois part de son inquiétude, voire de son agacement face à la lenteur de la procédure. La libération de son prédécesseur, il ne veut pas en entendre parler. C'est à quatre de ses fidèles qu'il a d'ailleurs confié le suivi du dossier. II y a là Amadou Gon Coulibaly, ministre d'Etat et secrétaire général de la Présidence ; Mamadou Diané, conseiller spécial chargé des affaires juridiques; Gnénema Coulibaly, le ministre de la Justice (c'est lui qui, en juillet, a reçu Fatou Bensouda et l'a aidée à collecter de nouvelles preuves à charge), et Hamed Bakayoko, son collègue de l'Intérieur. Ensemble, ils informent régulièrement le chef de l'Etat et font le lien avec le bureau de la procureure. A Paris, les avocats de l'Etat ivoirien que sont Jean- Paul Benoît et Jean-Pierre Mignard suivent également le dossier et s'entretiennent régulièrement avec Abidjan sur la stratégie à adopter.

Bakayoko ne croit pas vraiment en la possibilité d'une libération rapide de Gbagbo, et ses services n'ont pas mis en place de dispositif approprié. Toutefois, un système d'alerte existe déjà, qui s'appuie à la fois sur la gendarmerie, la police et l'armée, et qui pourrait être activé très rapidement s'il s'avérait nécessaire de contenir des débordements de joie (à Yopougon par exemple) ou des manifestations de mécontentement à Abobo, Adjamé ou Attécoubé, des quartiers réputés acquis à la cause du Rassemblement des républicains (Rdr, au pouvoir).

Reclus. Conscients de l'enjeu, les proches de l'ancien chef de l'Etat savent qu'ils n'ont pas intérêt à jeter de l'huile sur le feu et jouent la carte de l''apaisement. « Laurent Gbagbo a déjà relevé deux grands défis dans sa vie : il a apporté le multipartisme et s'est battu pour la souveraineté de son pays, estime Pascal Affi N'guessan. Son dernier défi, c'est la réconciliation nationale. S'il réussit, il n'aura plus rien à prouver. »

En attendant, Gbagbo séjourne toujours dans le quartier VIP du centre pénitentiaire de la Cpi. « Quoi qu'on en dise, les circonstances n'ont pas changé, assure-t-on au bureau de la procureure. Nous n'avons pas plus de raisons de le remettre en liberté aujourd'hui qu'hier! » Dans l'entourage de Fatou Bensouda, on se dit confiant, même si l'on reconnaît qu'il est difficile (mais pas impossible) de prouver l'implication directe et personnelle de l'accusé. « Certes, renchérit un membre d'une Ong qui collabore avec la Cpi, ils ont des témoins à l'intérieur du camp Gbagbo. Mais encore faudrait- il être sûr qu'ils viendront témoigner. » Et que ferait Gbagbo s'il était libéré ? « C'est un homme qui aime la foule, répond Albert Bourgi, un ami de trente ans. Il a la politique dans l'âme et je ne le vois pas vivant reclus dans une villa. Il s'ennuierait trop. » Ses proches, pourtant, l'imaginent déjà rejoignant Nady Bamba, sa seconde épouse, qui vit entre les Etats-Unis et Accra avec leur fils de 11 ans, mais rarement aux côtés de l'ancienne Première dame, Simone Gbagbo, toujours détenue à Odienné, dans le nord de la Côte d'Ivoire.

Le gouvemement a renoncé à la transférer à La Haye, pas à la faire juger pour crimes économiques. Et si Gbagbo recouvrait la liberté, serait-il le même qu'en 2011 ? « La prison change les gens, confie Pascal Affi N'guessan. Mais, pas forcément en mal. Elle permet de revisiter son parcours, de dépasser certaines rancœurs et d'aller à l'essentiel. Et puis la vengeance est une voie sans issue qui ne grandit personne. Gbagbo n'est pas dans cette logique-là. Il ne veut pas régler ses comptes, il veut construire et ne fera rien qui puisse diviser les Ivoiriens. » Pour Gbagbo, Affi N'guessan imagine deux options. « Il peut s'installer à Abidjan pour agir en faveur de la réconciliation ou se retirer dans son village de Mama pour écrire ses Mémoires. » Selon Justin Koné Katinan, « qu'il soit candidat ou qu'il aille au village, II dira: « Moi, j'ai pardonné, et je vous demande aussi de pardonner » .

Politesses. Pourrait-il à nouveau être candidat ? C'est la question que tout le monde

Lire la suite

13:20 Écrit par YKJMhome dans actualite nationale, Politique | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Afrique francophone : les meilleures écoles de commerce en 2013, un palmarès exclusif Jeune Afrique

Ouverture sur le monde, liens avec les entreprises, obtention de labels de qualité, perspectives de carrière… "Jeune Afrique" (n° 2755-2756) publie son palmarès annuel des meilleures écoles de commerce africaines.

Lire la suite

13:13 Écrit par YKJMhome dans actualite Africaine, Education & Formation | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

un message pour ce jour;Assumer ses responsabilités

Assumer ses responsabilités

Heureux l'homme que Tu corriges, Seigneur, que Tu enseignes par Ta loi, pour le reposer des mauvais jours pendant que se creuse une fosse pour les impies.

Psaume 94.12-13

Lorsque nous sommes déçus par la vie ou par les gens, notre responsabilité est de rester stables et de continuer à vivre dans le plan de Dieu pour notre vie.

Lisez le Psaume 94.12-13. Remarquez qu'il n'est pas dit que Dieu nous maintient au calme. Il est dit qu'Il nous donne la puissance de rester calme. Nous sommes partenaires de Dieu. Son rôle consiste à nous donner la capacité et notre part consiste à être responsables.

La responsabilité signifie « répondre à l'habilité ». Une personne irresponsable désire que Dieu fasse tout pendant qu'elle ne fait rien d'autre que de suivre ses sentiments. Mais ne laissez pas vos sentiments mener la danse. Proclamez maintenant à voix haute : « J'ai participé à ma dernière session d’apitoiement sur moi-même. » 

Je peux vous promettre que vous vous sentirez beaucoup mieux, si vous assumez vos responsabilités au lieu de les fuir. Dieu prend soin de vous, mais Il ne fera pas votre part. Il vous permet de l'accomplir vous-même mais, permettez-moi d'insister, Il ne fera pas ce qui est sous votre responsabilité! Je vous mets au défi de rester ferme, d'assumer vos responsabilités et de commencer à collaborer avec Dieu pour obtenir cette vie bénie qu'Il a prévue pour vous.

 

Ma prière pour aujourd'hui :

Seigneur, Ta Parole dit que Tu m'as donné la capacité de rester calme. Je reçois cette parole aujourd'hui. Je ne vais pas laisser mes sentiments diriger ma vie, je vais agir de manière responsable et répondre de la manière dont Tu le désires.

13:02 Écrit par YKJMhome dans LA PAROLE DU DIMANCHE | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/10/2013

CHOC DES PROS DE LA Liga - Du spectacle, assurément, un vainqueur, pas forcément

neymar et ronaldinho

Samedi, 18h. Il s’agira du 167e Clasico de l’histoire entre le FC Barcelone et le Real Madrid en Liga. Nous avons épluché tous les scénarios possibles pour cet alléchant Barça-Real. Match serré qui se dessine ? Court succès du FC Barcelone champion en titre ? Victoire du Real ?

Lire la suite

15:38 Écrit par YKJMhome dans Football, Sport | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

24/10/2013

INFO NEW:Bientôt l’identification biométrique des étudiants

Ce mercredi 23 octobre 2013, M. Doulaye Coulibaly, Directeur de l’orientation et des examens était face aux journalistes afin de les instruire sur le lancement prochain de l’identification biométrique des étudiants des grandes écoles et université privées de Côte d’Ivoire. Nous vous présentons l’intégralité de son intervention.

Lire la suite

12:25 Écrit par YKJMhome dans actualite nationale, Education & Formation | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

23/10/2013

C.RONALDO UN HOMME A PART ; UN DOUBLE POUR CE MATCH

En marquant un doublé et en provoquant l'expulsion de Chiellini (48e), Cristiano Ronaldo a permis ce mercredi au Real de battre la Juve (2-1), qui ne compte toujours aucune victoire en C 1.La Ligue des champions continue d’être son terrain de jeu favori. Sous la bannière étoilée de la plus célèbre des compétions européennes, Cristiano Ronaldo a soigné ses statistiques ce mercredi, et a surtout continué à dessiner les contours de la qualification du Real dans le groupe B de cette C1. Au bout de 28 minutes de jeu contre la Juve (2-1), l’omnipotent attaquant portugais avait déjà inscrit un doublé, ses 6e et 7e réalisations en trois rencontres dans la compétition cette saison, ses 27e et 28e buts lors de ses vingt-deux derniers matches de Ligue des champions.Des buts qu’il doit en bonne partie à ses coéquipiers inspirés. Sur le premier, Angel Di Maria lui a ainsi offert un amour de passe en profondeur (4e). Le deuxième a été marqué sur un penalty provoqué par Sergio Ramos, accroché dans la surface par Chiellini (28e). Un défenseur expulsé à la 48e pour une faute sur … CR7. Pour autant, les Turinois n’ont jamais démérité à Santiago-Bernabeu, et Iker Casillas, qui a retrouvé une place de titulaire, a pu s’en apercevoir. Le portier a été mis à contribution dès la 3e sur une lourde frappe de Marchisio. Après avoir sorti une tête de Pogba, il a dû s’incliner devant Llorente, à l’affût (22e) pour l’égalisation.Même en infériorité numérique, la Vielle Dame a lutté, Giovinco ne passant pas loin du but de l’égalisation (71e) sur une frappe croisée déviée par Casillas. Elle aurait aussi pu voir l’addition se corser si Karim Benzema – qui s’est davantage illustré dans le pressing et le repli défensif que dans la création et la finition - n’avait pas manqué le cadre à trois mètres du but de Buffon (62e). Qu’importe pour le Real, qui compte désormais 9 points dans le groupe B. La Juve, qui ne compte aucune victoire dans la compétition, est désormais en très mauvaise posture.

23:36 Écrit par YKJMhome dans Football, Sport | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Ligue des champions - Zlatan et le PSG écrasent tout sur leur passage Avec un quadruplé d'Ibrahimovic et un but de Cavani, le PSG a atomisé Anderlecht mercredi (0-5). Les Parisiens ont déjà un pied en 8es de finale de la C1.

Joie Ibrahimovic Anderlecht-PSG Ligue des champions 2013/2014

Lire la suite

23:03 Écrit par YKJMhome dans Football, Sport | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

FRANCE:L'UMP prend le risque de se déchirer sur l'immigration

En voulant pousser la gauche dans ses retranchements sur la question de l'immigration, Jean-François Copé a rouvert la fracture idéologique au sein de l'UMP où certains s'inquiètent d'une course mortifère aux idées du Front national. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Lire la suite

19/10/2013

urgent a bongouanou :un accident qui fait 9 morts

"Cote D'ivoire Infos Bongouanou – Un convoi d’élèves fait 9 morts dans un accident de la circulation MIS EN LIGNE PAR CONNECTIONIVOIRIENNE.NET LA RÉDACTION · 19 OCTOBRE, 2013 A 22:56 APA Un convoi d’élèves a fait 9 morts dans un accident de la circulation, dans la nuit de vendredi à samedi, à Bongouanou, ville située à 204 kms d’Abidjan au Centre-Est de la Côte d’Ivoire, a appris APA, samedi, de sources sécuritaires. Selon ces sources, 8 élèves et leur chauffeur ont péri vendredi dans cet accident survenu aux environs de 20h (Gmt et heure locale). Le véhicule de type 4×4 qui les transportait, a perdu l’équilibre avant d’effectuer des tonneaux du fait de sa surcharge. « Sur le coup, 6 élèves sont morts et les 3 autres ont rendu l’âme plus tard sur le chemin de leur évacuation à l’hôpital », ajoutent-elles, soulignant que, les élèves étaient en partance pour une recollection dans un centre religieux de la région. Pour réduire le taux d’accident, le gouvernement, a pris un décret, vendredi en conseil des ministres extraordinaire, interdisant l’usage du téléphone portable au volant. La surcharge et l’état des routes sont à l’origine de 90% des accidents de la route qui surviennent en Côte d’Ivoire, selon le Groupement des affréteurs et chargeurs de Côte d’Ivoire (GAC-CI).

23:41 Écrit par YKJMhome dans Web | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |